La Franc-maçonnerie en bref

 

  • Avant-propos

La Franc-Maçonnerie ne propose aucune philosophie, aucune recette psychologique, aucun système, aucune option religieuse ; elle ne dévoile aucun secret magique ou mystique, elle ne détient aucune clé

mystérieuse de l’homme et du monde. Sa mission traditionnelle est de transmettre aux hommes qualifiés pour la recevoir, une influence spirituelle qui éveillera en eux un élan profond, une virtualité propre, encore informulée.

Elle offre ainsi une  perspective de recherche personnelle accessible à tout homme capable de liberté d’esprit, d’engagement spirituel et de fraternité vivante.

  • Origines

Il est indéniable que la Franc-Maçonnerie moderne se rattache aux corporations de maçons tailleurs de pierres du moyen-âge, bâtisseurs des édifices religieux et civils de l’Occident. On sait en particulier des constructeurs des cathédrales gothiques qu’ils étaient groupés en loges. On les a appelés depuis, «maçons opératifs», ils se réclamaient de St-Jean.

Mais c’est précisément à Londres que la Franc-maçonnerie  moderne ou «spéculative» émergea vers la fin du XVIIeme siècle et s’établit au grand jour dans le premier quart du XVIIIeme siècle.

L’expression «Franc-Maçon» apparaît dès 1376, mais nous ignorons le sens exact qu’elle revêtait alors.

Dès le XVIIIeme siècle, la pratique du métier se modifia radicalement. La disparition des chantiers traditionnels (cathédrales, églises, abbayes, châteaux, etc.) et le développement urbain contribuèrent à fixer les ouvriers dans les villes. Cette sédentarisation suscita l’apparition de Guildes puissantes et bien organisées auxquelles se joignirent des hommes étrangers aux métiers, des hommes éclairés, cultivés, aristocrates ou bourgeois. Ils furent appelés maçons « acceptés ».

Ainsi naquit la Franc-Maçonnerie moderne, dont les loges furent composées d’hommes libres de toutes professions, convictions philosophiques ou religieuses et des toutes races.

En suisse et en particulier au sein de la Grande Loge Suisse Alpina (GLSA), la politique est proscrite des loges ainsi que le dessein de favoriser des affaires de toutes nature. Le Franc-Maçon suisse est attaché à sa patrie, défend les libertés de conscience et travaille au bien-être de la communauté.